Dr. Doom a encore frappé

Le 30 octobre 2018, dans Cercle les Échos, l’économiste Nouriel Roubini a publié un article concernant la blockchain et les cryptomonnaies. 

https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/0600059101665-la-grande-escroquerie-de-la-blockchain-2217824.php

Un extrait : « La technologie à l’origine du bitcoin est présentée comme un possible remède à tous les maux, de la pauvreté à la famine en passant par le cancer. Mais, derrière un discours de décentralisation et de liberté numérique, la blockchain cache une course aux profits pour une minorité. La  valeur du bitcoin ayant chuté d’environ 70 % depuis son pic de la fin de l’an dernier, la mère de toutes les bulles a désormais éclaté »

Roubini, économiste pessimiste et fantasque, a gagné sa réputation pour avoir prédit la crise immobilière aux US. Pour être précis, l’économiste chroniqueur prédit perpétuellement des crises sur tous les marchés. Et de temps en temps, les faits lui donnent raison (d’où ses surnoms de Permabear ou Dr Doom )

Les propos de l’oiseau de mauvais augure sont articulés autour de deux thèmes : les ICOS et TGE sont des « arnaques » et la blockchain ne sert à rien.

En regardant de façon détaillée, les chiffres cités sont un peu orientés pour faire valoir ses opinions :

·        Le bitcoin a baissé depuis son plus haut. C’est vrai et par définition,  en effet on aurait pu dire qu’il a monté depuis son plus bas. Roubini veut mettre en avant la volatilité dans l’année. Cependant, depuis le 5 septembre 2018, la stabilité des prix de Bitcoin a été telle que Wall Street fut plus volatile que les actifs numériques. De bons vieux marchés financiers sont sensibles à : la hausse des taux d’intérêt, aux manipulations de la Fed, aux guerres commerciales, aux tarifs douaniers et même à l’incertitude sur l’Italie et Brexit.

·        75% des ICOS sont des « arnaques » (scams en anglais).  Les chiffres sont issus d’une étude du cabinet SATIS (promu par bloomberg) qui compte les ICOs qui veulent se lancer, pas celles qui reçoivent de l’argent.  C’est comme dire: 75% des « projets » de startups encore non créées sont des « arnaques ». https://research.bloomberg.com/pub/res/d28giW28tf6G7T_Wr77aU0gDgFQ
(Étude à lire pour bien voir le panorama complet de ce qu’il s’est passé autour des TGE depuis quelques mois.

·        Les Blockchains deviennent privées. Pour Roubini, les blockchains deviennent de plus en plus privées, contrôlées par de petits nombres d’acteurs, et pour ceci, ne constituent plus une vraie innovation économique. Mais Roubini ne prend pour référence que l’utilisation de la blockchain en interne dans le cadre de grandes entreprises. Quel dommage! C’est un biais évident. Certes, certains projets déclinent un peu de « centralité » pour pouvoir mieux se marier avec l’héritage entrepreneurial, mais je pense que Roubini ne prend pas conscience de la révolution qui est en cours avec des entreprises qui acceptent de travailler entre elles dans un même secteur en partageant des données, des processus et de la valeur. Il sera surpris de voir ces groupes d’entreprises qui créent une valeur écosystémique plutôt qu’organique….même si nous savons tous que c’est un pari difficile.

Publicités

Blockchain et advertising

Great discussion with Jean-Luc Chetrit president of UDA ( Union des Annonceurs ) and Benjamin Grange ( President of Dentsu-Aegis Consulting) concerning the new paradigm in advertising.

Great sharing with Benjamin Eymere ( Jalou Group ) who is currently in the process of tokenize his business for the magazine L’Officiel.

 

I am really bullish when I see the number of new serious and bold projects in this space :

  • AdChain is an open protocol on Ethereum’s public blockchain. Its stated goal is to allow for building of decentralized applications, specifically for use in the digital advertising ecosystem.
  • Adex is a decentralized ad exchange that utilizes Ethereum to address problems like fraud, privacy, and consent in the digital advertising space.
  • Amino combines technologies from blockchain, payments, and adtech to bring transparency, integrity, and auditability to online advertising
  • Faktor is a blockchain-based identity management platform that can be utilized by publishers, advertisers, and individual users.
  • Cosmian is a blockchain-based identity mangement who is specialised on consent in various situation
  • Kochava is introducing the XCHNG platform, an open-source digital advertising framework based on blockchain technology enabling the industry to operate on common rails.
  • NYIAX, a guaranteed media contract exchange, bridges the space between the financial and digital advertising ecosystems utilizing blockchain in partnership with NASDAQ
  • Rebel AI secures digital advertising and protects publisher identity and brand spend using machine learning, blockchain, and encryption technologies
  • The Basic Attention Token (BAT) utilizes the Ethereum blockchain to create a token that can be used to obtain a variety of advertising and attention-based services on a purpose-built platform.

Thanks to IAB for this job of listing, I have added some…

Panorama des ICO sur Frenchweb

Un interview de 18′ ( très long pour ce format 🙂 ) pour passer en revue l’état des lieux des ICOs en France suite à la parution d’un baromètre des ICOs en France.

Nous avons eu la chance de pouvoir également remettre ce baromètre en avance de phase au gouvernement dans le cadre du rapport Landeau remis à Bruno Lemaire la semaine dernière. Il est largement utilisé et figure même en annexe du rapport.

Voici la vidéo :

Voici quelques extraits de l’article paru sur Frenchweb :

La semaine dernière, Jean-Pierre Landau, sous-gouverneur honoraire de la Banque de France, remettait son rapport sur les cryptomonnaies à Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances. Très attendu, le document met en lumière une position finalement plus souple que prévue sur les monnaies virtuelles.

Parmi les questions abordées dans cet ouvrage d’une centaine de pages, figure en bonne place celle des ICO. De plus en plus utilisées, les ICO (Initial Coin Offerings), c’est-à-dire des levées de fonds en cryptomonnaies, sont devenues des moyens faciles pour les entreprises du monde entier afin de lever des millions de dollars en l’espace de quelques minutes, à l’image de Telegram. Si ce mécanisme de financement est déjà très populaire en Asie et aux États-Unis, il commence à prendre de l’ampleur en France. Un essor auquel s’est intéressé la banque d’affaires Avolta Partners pour éclairer la mission dirigée par Jean-Pierre Landau.

Dans son Baromètre des ICO en France, Avolta Partners s’est ainsi attelé à dresser un état des lieux des levées de fonds en cryptomonnaies effectuées dans l’Hexagone. Entre 2014 et 2018, et essentiellement au cours de ces 18 derniers mois, la banque d’affaires a identifié 16 ICO domiciliées en France et possédant une équipe française, qui ont permis de récolter environ 130 millions de dollars, pour un peu moins de 340 millions de dollars de valeur réellement émise sur le marché.

I love my team – Ibiza Offsite

I love my Avolta Team.

Spending time with them during this offsite in Ibiza was not a revelation, but more a confirmation.

They fit with each of my core values in life. They even live up to those values every day. They are smart, commited to success, and adventurous.

This is the thing I the most proud of in this company, is the way people are helping each other to be better and to success.

Image from iOS
Complicity

They live up our core values every day. This team is awesome.

 

IMG_20180703_113250
we are mad

 

IMG_0962
What a team

 

IMG_0939
Working at night

Conférence à ‘Dîner confidentiel’ à Paris

J’étais l’invité, hier soir, d’un ‘dîner confidentiel’, série de dîners conférences organisée par deux de mes amis dans le très célèbre restaurant de La Pérouse.

Ce fut pour moi l’opportunité de pouvoir parler de la Révolution Blockchain avec une audience de chefs d’entreprise, de personnalités des médias et des arts.

Un échange nourri de bonnes questions. En espérant que chacun soit parti avec une vision plus claire de ces enjeux sociétaux qui sont devant nous et entre nos mains.

Le Bitcoin sur France Info

Le bitcoin permet « comme l’or » de se réfugier « derrière une valeur qui est à l’abri de la monnaie politisée », a expliqué Philippe Rodriguez, lundi 8 janvier sur franceinfo. Le président de Bitcoin France, l’association qui promeut ce système de paiement électronique, a déclaré que cette crypto-monnaie « est un actif financier, mais aussi une technologie, une nouvelle façon de penser le monde ». Selon celui qui dirige Avolva Partners, une banque d’affaires pour start-ups, « beaucoup de détenteurs de bitcoin qui croient à un futur » où cette monnaie va « servir à notre société ».

franceinfo : Le bitcoin est-il dangereux ?

Philippe Rodriguez : Le bitcoin, c’est avant tout une technologie. Derrière le bitcoin, il y a une technologie, la blockchain. C’est quelque chose que l’on va avoir du mal à désinventer et à contourner. Le bitcoin n’est que cette application visible d’une technologie plus vaste qui permet de distribuer de la confiance de pair à pair sans utiliser d’organisation centrale. Quand vous êtes dans une organisation centrale, vous vous intéressez au bitcoin, une nouvelle technologie qui permet de se faire confiance sans utiliser d’organisation.

Le cours du bitcoin a été multiplié par 16 l’an dernier. Est-ce inquiétant ?

On peut voir les choses de deux façons. C’est une évolution rapide et forte qui a été nourrie par de nouveaux investisseurs qui sont arrivés sur le marché. Certains ont fait des paris sur la hausse de cette valeur sans s’intéresser à ce qu’il y avait derrière. Mais il y a beaucoup de détenteurs de bitcoin qui croient à un futur. Ils font le pari que, dans les années qui vont venir, les applications décentralisées vont servir à notre société, comme ceux qui ont fait le pari qu’internet allait servir à quelque chose.

A-t-on besoin du bitcoin dans la vie de tous les jours ?

On n’en a pas forcément besoin pour acheter son pain. En revanche, pour faire un transfert d’argent d’un point A à un point B de la planète, le bitcoin devient intéressant. Car on est capable de faire des transferts massifs d’argent dans des ordres de coûts qui n’ont rien à voir avec le système bancaire et dans des rapidités et une sécurité inégalées. On pourrait décliner cela sur un grand nombre de crypto-monnaies qui, chacune, apporte un usage différent. Le bitcoin me permet, un peu comme l’or, de pouvoir me réfugier derrière une valeur qui est à l’abri de la monnaie politisée.

Un des gouverneurs de la Banque centrale européenne dit que le bitcoin est un objet purement spéculatif qui se fait passer pour une monnaie.

On est devant une réalité complexe. C’est à la fois un actif financier, mais aussi une technologie, une nouvelle façon de penser le monde. C’est intéressant de voir à quel point les organisations centrales s’intéressent à ces applications décentralisées.

Mémoriser, partager, échanger.

Volta Token

Community Asset Token

Blockchain News

Blockchain, Distributed Ledger Technology, Initial Coin Offering (ICO), Cryptofinance, Token Sales, News and Opinion

The Blockchain Reporter

Reporting news and analysis from the World of Cryptocurrency

ICO Charter

Proposition for Self Regulation rules for European ICOs

Nouveau CNNum

Un Conseil National du Numérique Citoyen, Technologique et International

Blue Chain Web

Entering the world of Block Chain and Digital Currency

The Intelligence of Information

All about Information Technology, Computer Science and Data Science

Longitudes

A blog discussing the macro forces shaping the global economy today and over the horizon. Popular topics include Globalization, Trade, Sustainability, Innovation, Technology, Healthcare and Supply Chain Logistics.

Philippe RODRIGUEZ

Mémoriser, partager, échanger.

Naked Security

Computer Security News, Advice and Research