Pour un Conseil National du Numérique qui ne soit jamais un « machin »

Refondons un Conseil National du Numérique Citoyen, Technologique et International.

Alors qu’un nouveau quinquennat débute, sous le leadership d’un président jeune et innovant, le numérique peine à s’imposer comme priorité politique. Le Conseil national du numérique (CNNUm) est devenu une sorte de « machin » et ne remplit plus sa mission de moteur de la réflexion et de l’action dans le secteur du numérique. Pour ne pas abandonner après nous être tant engagés dans le secteur, il faut des propositions fortes (http://nouveaucnnum.wordpress.com) pour rénover cette institution et lui redonner un poids dans la vie de la cité.
Le CNNum a été créé en avril 2011 avec l’idée de créer un organe consultatif du Gouvernement sur les questions du développement du numérique. Dans cet esprit il a accompagné nos politiques dans l’élaboration de la loi sous l’influence des nombreux effets de la révolution numérique. On constate aujourd’hui que malgré cet énorme travail, peu de gens connaissent l’action du CNNum hors du microcosme numérico-politique alors que son rôle est capital.  Je propose donc aujourd’hui, au démarrage de ce nouveau quinquennat, de transformer le CNNum et de lui fixer un nouveau cap. Fort de mon expérience quotidienne auprès des start-up et d’échanges avec les acteurs de l’ecosystème je formule quelques propositions qui permettrait selon moi d’entreprendre cette mutation.
Voir la tribune dans FRENCHWEB

fw-logo-header-16-300

Proposition N°3 : Etablir un digital shadow governement du CNNum, réservés au moins de 35 ans, pour donner toute sa place à la jeunesse dans ce secteur.

Toutes les propositions à http://nouveaucnnum.wordpress.com

Transition Numérique conférence chez Hachette Livre

J’étais ravi de venir parler de mon livre « La révolution blockchain » et plus généralement de la transition numérique dans l’amphithéâtre de Hachette Livre.

img_3879

J’étais très impressionné par le hall d’accueil, avec cette grande bibliothèque vitrée qui reprenait tout les succès de la maison. Parcourir les couvertures et les tranches de ces livres c’était un peu un voyage dans le temps, et parfois un voyage dans l’enfance tant ils ont occupé nos temps de lecture.

Merci à Alexi Rerole membre du comité exécutif de Hachette Livre, et Guillaume Pech-Gourg pour leur accueil et les mots d’introduction.

Quelle chance d’avoir également dans la salle Odile Marion éditrice de La révolution Blockchain. Je la remercie de sa confiance et de l’enthousiasme sur ce sujet.

 

 

Bancor lève 153m$ dans une ICO

 

Je reprends ici les explications de  Morgan Phuc à lire dans bitcoin.fr  « Le sigle ICO (Initial Coin Offering) dérive de l’expression plus connue IPO (Initial Public Offering, introduction d’une société en bourse) afin de désigner une levée de fonds en cryptomonnaie.  Il peut s’agir de financer une nouvelle blockchain mais dans la plupart des cas il s’agit d’émettre un token ou de créer une application décentralisée basée sur une blockchain déjà existante comme Bitcoin, Ethereum ou NXT. »  

Une ICO est donc une offre d’investissement dans une entreprise -Bancor dans notre cas – qui fonctionne par l’achat d’un token – qui représente un titre –  en utilisant vos bitcoins ou vos cryptomonnaies.

Le système de « règlement – livraison »  devient extrêmement simplifié, puisqu’il suffit d’une part de recevoir des cryptomonnaies comme paiement et d’autre part de livrer des tokens – éléments d’une cryptomonnaies – généralement de l’ether – dans votre portefeuille de crypto.

Généralement un plan est fourni pour expliquer comment ce token est reparti et échangé pour financer ou rémunérer les différentes parties prenantes du projet de startup.  Voir le cas de CIVIC qui lance son ICO demain matin

Ceci nous oblige tout de même à une réflexion globale sur les modèles de financement des VCS, ou des marchés.

Combien de temps ces ICOs vont rester légales?

Comment le marché secondaire va s’organiser autour de ces tokens?

Qui sont les gestionnaire d’actifs qui vont parier sur ces actifs? ( premier élément de réponse Draper a investi 27M$ dans bancor dans cette ICO )

Lisbon Investor Summit #LIS17

J’ai donné le point de vue de Avolta Partners sur les sujets de stratégie de financement des entreprises de technologie en Europe.
Au côté de Marco Fernandes ( CEO de PMEINVESTIMENTOS, l’équivalent de la BPI au Portugal ) et de Paulo Rodrigues da Silva ( CEO de Euronext Lisbon )

Discussion animée devant les 1300 investisseurs et startups présents cette année à cette troisième édition.

Ce fut également l’occasion de rencontrer beaucoup de nos collègues européens provenant d’un grand nombre de villes différentes…

 

IMG_3747

Avec notre associé David Laurent basé à Lisbonne

 

Remise du prix Generation Blockchain

Formidable remise de prix chez BNP PARIBAS pour ce concours organisé par SIA Partners, BNP Paribas, HSBC : Génération Blockchain

http://www.generation-blockchain.com/

Passionnant de voir que la plupart des projets retenus par le jury étaient largement en dehors du métier de la banque traditionnelle.

Le concours Blockchain est une occasion unique pour les étudiants ou jeune diplômés, de proposer une idée innovante et de la mettre en perspective théorique et pratique dans les conditions réelles d’un projet : depuis la phase de réflexion et d’étude d’impacts (Business Case) jusqu’à sa mise en oeuvre (développement d’un prototype ou Proof Of Concept).

BNP Paribas HSBC Sia Partners

 

La révolution blockchain, un livre qui ne laisse pas indifférent.

Source: La révolution blockchain, un livre qui ne laisse pas indifférent.

Avec ou Sans Contact

Wow ! Le livre de Philippe Rodriguez qui vient de sortir aux Editions Dunod ne peut laisser indifférent le lecteur et rarement ai-je autant griffonné dans les marges d’un ouvrage. Il faudrait presque un autre livre pour commenter la  » Révolution blockchain « . Nous nous nous contenterons de ce simple billet.

Le livre peut se décomposer en 5 parties : la genèse du protocole (la genèse plutôt que l’histoire, choix assumé devant les expressions mystiques utilisées pendant tout le livre – NDLR) sur 64 pages, une histoire de la monnaie et de l’économie, passionnante (avec une belle omission) sur 47 pages, une définition et le fonctionnement de la blockchain sur 23 pages, les applications actuelles et potentielles sur 43 pages, et notre futur blockchainisé pour un (possible) meilleur des mondes sur 15 pages.

Philippe commence par nous raconter la genèse des crypto-monnaies. On y rencontre de nombreux personnages qui ont participé directement ou indirectement au développement de la blockchain parmi lesquelles Wei Dai, Friedrich Hayek, l’inévitable et célèbre inconnu Satoshi Nakamoto, Bernard Madoff, Nicholas « Black Swan » Taïeb, Bertrand Russell, Milton Friedmann, Alan Turing, Georges Orwell, William Gibson, Julian Assange, Edward Snowden,  Vitalik Buterin et Benedict Cumberbatch. Cherchez l’erreur. On y parle cyberpunks et cypherpunks, hackers et crypto-anarchie. On y apprend aussi que « la réalité, c’est que l’identité de Satoshi Nakamoto n’a pas d’importance. » Une réponse pratique pour évacuer la question dont on n’a pas la réponse. Ceci dit, Satoshi possèderait 1 million de bitcoins, soit, au cours actuel, 1,3 Mds $ en tant que premier mineur. Source Slate. Quelque chose me dit que l’enquête continue même si cela n’a pas d’importance.

Benchmark by ebg : La révolution blockchain

A Londres, ce matin, le train pour la blockchain était au quai à 8h30… c’est tôt.  J’ai pu évoqué les transitions sociétales que pouvait accompagner Blokchain, en évoquant la question du pourquoi? plutôt que du comment?

J’avais la chance de présenter aussi Leanne Kemp de EVERLEDGER qui utilise la blockchain dans le domaine de la supply chain. Un sujet qui touchait tout le monde dans la salle : 300 CDO français venu à Londres pour partager autour du digital.

 

EVERLEDGER

http://www.wired.co.uk/article/blockchain-conflict-diamonds-everledger

A diamond’s past is rarely crystal clear. Knowing a stone’s origin can stop fencing and insurance frauds and winnow out synthetic diamonds or those sourced in war zones. But forged paper certificates make provenance hard to verify.

That’s why in May 2015 Leanne Kemp founded Everledger, a global digital registry for diamonds, powered by the blockchain – the decentralised ledger underpinning cryptocurrencies such as Bitcoin. « Blockchain is immutable; it cannot be changed, so records are permanently stored, » says Kemp. « Information on the blockchain is cryptographically proven by a federated consensus, instead of being written by just one person. »

Everledger uses more than 40 features, including colour and clarity, to create a diamond’s ID. Enshrined in the blockchain, this information becomes a certificate chronicling the jewel’s ownership, from mine to ring. Everledger has digitised more than a million diamonds and partnered with firms including Barclays.

 

 

everledgar

Mémoriser, partager, échanger.

Nouveau CNNum

Un Conseil National du Numérique Citoyen, Technologique et International

Blue Chain Web

Entering the world of Block Chain and Digital Currency

The Intelligence of Information

All about Information Technology, Computer Science and Data Science

Longitudes

A blog discussing the macro forces shaping the global economy today and over the horizon. Popular topics include Globalization, Trade, Sustainability, Innovation, Technology, Healthcare and Supply Chain Logistics.

Philippe RODRIGUEZ

Mémoriser, partager, échanger.

Naked Security

Computer Security News, Advice and Research

La révolution Blockchain

Algorithmes contre les Institutions?

Exponentials

Update the research, publications, algorithms and software designs. Share random thoughts.

collectifsingulier

Collectif pour une Refexion Avancée sur la Singularité

The WordPress.com Blog

The latest news on WordPress.com and the WordPress community.