ECOMMERCE ET LUXE : LA MESSE EST DITE

Lu dans News.fr

Christian Dior, Louis Vuitton, Hermès, Gucci… Les enseignes de luxe aussi ont pris le train du commerce électronique.

Trois grands thèmes portent souvent ces choix :

  • Une opportunité de cibler une clientèle plus jeune.
  • Agrandir leur zone de chalandise ! Entre autres les régions.
  • De proposer des services exclusifs.

110_F_2455467_3rjtYDVfpTmwbG3aEOhM9gKdIwklZE[1] « Les marques ont compris qu’elles pouvaient mettre en scène leur univers sur internet et capter de nouveaux clients », souligne Marc Lolivier, délégué général de la Fédération des entreprises de vente à distance (Fevad).

De nouveaux clients de nouvelles opportunités

Selon une étude réalisée par le Credoc pour la Fevad en octobre dernier, près de 80% des Français disposant d’un revenu supérieur à 4 500 euros par mois achètent régulièrement sur internet, contre seulement 42% de ceux ayant des revenus compris entre 1 500 et 2 300 euros. Au-delà d’une clientèle aisée, le web permet aussi de toucher celle qui n’ose pas franchir la porte des boutiques de luxe. À l’instar de Christian Dior, qui ne compte que de sept magasins hors de Paris, c’est aussi un moyen de rencontrer des clients résidant dans les régions.

La plupart des marques en ligne proposent maroquinerie ( pas de taille ) , joaillerie, accessoires et parfums, mais rarement des vêtements.

« Ce sont des articles qu’il faut essayer, toucher, porter, donc peu compatibles avec un achat en ligne », argumente un représentant d’Hermès.

Chez Hermès, l’internaute peut se faire livrer par coursier sa cravate en trois heures à Paris et en banlieue. Comme dans ses boutiques, Louis Vuitton satisfait, depuis son site, des « commandes spéciales », par exemple des mallettes sur mesure confectionnées dans son atelier d’Asnières.

Thierry Mugler propose exclusivement sur son site, mis en ligne cette année, certains produits et services, tels qu’un coffret collector de son dernier jus, Le Parfum. Les internautes peuvent même s’inscrire à des ateliers parfum ou encore à des clubs virtuels créés par fragrances.

Des boutiques à part entière

Coup de griffe aux sites de déstockage tels que vente-privée.com, ces boutiques en ligne se veulent des clones de celles situées avenue Montaigne à Paris. « Notre boutique en ligne est une boutique à part entière, qui ne vend pas des fins de stocks: elle a sa propre gestion des commandes et des stocks, et offre des possibilités de préréservation » , insiste un représentant de Dior.

Leur présence en ligne est aussi une manière de faire face aux contrefaçons sur le site d’enchères eBay. D’ailleurs, le message est clair sur la page d’accueil de Hermès.fr: « seuls les achats effectués selon ces canaux de vente (les sites officiels des marques, Ndlr) vous garantissent d’obtenir des produits authentiques. En dehors de ces canaux, vous risquez d’acquérir des contrefaçons ou des produits endommagés ».

Pourtant, les grandes maisons restent discrètes sur leur présence en ligne : aucun chiffre officiel n’est communiqué sur leurs ventes. Louis Vuitton se refuse même à tout commentaire concernant sa e-boutique ouverte fin 2005.

Lu dans News.fr Les marques de luxe se convertissent à l’e-commerce – Business – News.fr

 

Technorati Tags: ,,,
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s