Conférence de Guy Kawasaki : The Art of Innovation

Guy Kawasaki a présenté ce matin au Sommet Européen Bizspark qui est une rencontre entre entrepreneurs de  start-up et venture capitalistes, organisée par Microsoft Europe.

Voici le descriptif fourni par les organisateurs sur  “The Art of Innovation”  :  Tune into fresh thinking about innovation from Silicon Valley veteran and venture capitalist Guy Kawasaki. How do you help people change the world by creating innovative products and services? Drawing on his experience with Apple and his study of dozens of top companies, Guy Kawasaki lays out his highly personal guide to the strategic steps to catalyze world-class innovation.

clip_image001

clip_image001[5]

Guy a présenté dans son discours d’ouverture assez inspirationnel. Son discours est construit autour de comment les entrepreneurs peuvent faire naître des idées innovantes. J’ai noté  quelques idées intéressantes pour les entrepreneurs. J’en reprends ici seulement 4 parmi ses  11 étapes…

1) Make meaning, Make Mantra  : Une innovation doit donner du sens! Et on doit donner du sens avant de comprendre comment ceci peut faire de l’argent. Enfin une innovation doit être aussi simple ( surtout en BTC ). L’entreprise doit  être capable de l’expliquer en quelques mots. 

2) “Roll the dice” : Quand l’entreprise lance un nouveau produit, elle doit chercher à le rentre : “Deep” = plus de fonctionnalité, “Intelligent” : Des fonctionnalités qui permettent des usages nouveaux , “Complete” : intégrer plusieurs fonctionnalités, “Elegant” : les fonctionnalités sont intégrées dans un ensemble qui doit être “beau”.

3) Don’t worry be crappy  : Tout ne peut pas être parfait au moment du lancement du produit. “in our industry, we ship and then we test”.

4) Don’t let the Bozos grind you down : il y a toujours des “bozos” pour expliquer que le concept n’est pas bon, de sera pas rentable, ne trouvera pas de marché. Pour Guy, 2 types de Bozos les looser et les winners. Les loosers ne sont pas dangereux… les winners sont très dangereux, parce qu’ils ont eu du succès.  Pour Guy l’équation succès=smart ne fonctionne pas parce que à 50% du temps l’équation réelle est : succès = chance.

Et un dernier conseil pour la route!  Une bonne présentation d’un entrepreneur pour un VC c’est 4 règles : 10 slides , en 20 minutes, font 30 points, et ne jamais lire les slides.  La taille du font doit être la moitié de l’age du participant le plus vieux. Pour lui tant que l’on ne fait pas une présentation à un VC de 16 ans ne jamais utiliser le font 8.

Et une dernière citation qui fait réfléchir sur les partenariats :  "Partnership [in an early business] is when both parties don’t have a clue on the business model…"

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s