Archives pour la catégorie Divers

La communication politique prend un coup de jeune

On voit ici la question générationnelle de la communication se poser.  Le digital apparait comme un attribut de la modernité, mais aussi d’une capacité du politique à sa socialisation naturelle, bref à pouvoir être à l’écoute tout en participant au débat.  J’ai trouvé qu’Alain Lambert le disait assez bien.

Dans la description que le MODEM fait de Alain Lambert ( ancien Ministre des Finances rallié à François Bayrou ) nous pouvons lire :

Alain Lambert est un utilisateur assidu des réseaux sociaux. Il possède des comptes notamment sur Twitter, Facebook, Google+, LinkedIn et Foursquare. « Ça vous permet de voir comment les gens réagissent à certains sujets de société sur lesquels vos pouvez vous interroger vous-même. C’est quasiment irremplaçable », estime-t-il.  Son franc-parler et sa réactivité lui valent le respect de nombreux internautes.

Pour tout dire je le rejoins assez sur cette citation :

« Il faut que nos gouvernants s’habituent à ces nouveaux modes de communication, qu’ils comprennent comment ça fonctionne, qu’ils jouent le jeu. Ils savent le jouer dans un comice agricole ou dans une cérémonie, on leur trouve du talent pour distribuer des poignées de mains et des bisous aux dames… Ils devraient arriver aussi à trouver leur place dans les réseaux sociaux », remarque-t-il avec amusement.

 

 

image

Publicités

Journées Mobile et Social à l’EBG

2 journées très denses… 1200 personnes, 120 speakers, une trentaine de tables rondes…

© Photo : Pierre Metivier

 

Cette vidéo de Katy Dickson a été réalisée à l’occasion de Mobile et Social Media EBG organisé par l’EBG à Paris les 22 et 23 novembre 2011.
Retrouvez toutes les actualités du web et du digital sur http://www.locita.com
Cette vidéo est sponsorisée par Up 2 Social http://www.up2social.co

Ebg_mobileevent

© Photo : Pierre Metivier

Grand Débat Citoyen sur le Numérique, quelle politique numérique pour la France? #ebg2012

L’Electronic Business Group (EBG) avec le coucours du Conseil National du Numérique(CNN) a réuni les associations représentatives de l’économie numérique – Fevad, ISOC, FFT, filière STIC et Syntec Numérique – pour débattre avec les candidats à l’élection présidentielle à Paris (Université Dauphine) et sur Twitter et Facebook.

Les candidats ayant refusé de prendre la parole tous ensemble, nous avons décidé d’organiser un débat politique le 24 et de recevoir ensuite les principaux candidats, au fur et à mesure (sur les conseils de Liane Foly)

Les séminaires aura lieu à : l”Université Paris Dauphine, Amphithéâtre Raymond Aron, place du Maréchal de Lattre de Tassigny, 75016 Paris; mais d’où vous êtes vous pouvez envoyer vos questions à #ebg2012 : S’inscrire S’inscrire au live

image

 

 

Programme :

8h30 : Accueil

9h00 – 9h50 / Fracture numérique : Intégration du numérique dans l’éducation & aménagement du territoire

Hervé Maurey, Sénateur de l’Eure

Pierre Louette, Sécrétaire Général de France Telecom

Maxime Lombardini, Directeur Général d’Iliad/Free

Vincent Feltesse, Président de la CUB, communauté urbaine de Bordeaux (PS) (SR)

Jean-Michel Fourgous, Maire d’Elancourt, Député de la 11eme circonscription des Yvelines (UMP) (SR)

Yves Rome, Sénateur de l’Oise (PS) (SR)

Animation : Gérard Dantec (ISOC)

9h50 – 10h30 / Le numérique : Levier pour réduire le déficit public

Julien Bayou, Conseiller Régional en Ile de France (Europe Ecologie)

Thierry Solère, Vice-Président du Conseil général des Hauts de Seine en charge du développement économique et du très haut débit (UMP)

Fleur Pellerin, Chargée du pôle "Société et Economie Numériques" (PS)

Guy Mamou Mani, Président du Syntec Numérique

Animation : Philippe Rodriguez (EBG)

10h30 – 11h00 / Pause

11h00 – 12h00 / Le numérique pour accompagner la croissance

Laure de La Raudière, Député de la 3ème circonscription d’Eure-et-Loir, secrétaire nationale de l’UMP en charge du Numérique

Corinne Erhel, Député-Maire de Lannion, membre de la commission des affaires économiques du PS

Philippe Lemoine, PDG de LaSer

Animation : François Momboisse (Fevad)

12h00 – 13h00 / eDémocratie, Open Data, Identité Numérique & Données personnelles

Séverin Naudet, Directeur, Etalab

Sandrine Bélier, Députée européenne, Europe Ecologie

Lionel Tardy, Député de la Haute Savoie (UMP)

Benjamin Ooghe – Tabanou, co-fondateur, Regardscitoyens.org

Mélanie Dulong de Rosnay, Chargée de recherche à l’Institut des Sciences de la Communication, responsable juridique de Creative Commons France et co-fondatrice de Communia

Animation : Benoit Tabaka (CNN)

13h00 – 13h45 / Les campagnes digitales pour l’éléction présidentielle de 2012

Emile Josselin, PS

Baptiste Roynette, UMP

Frédéric Neau, Europe Ecologie

Alban Fischer, Front de Gauche

Matthieu Lamarre, Modem

Animation : Philippe Rodriguez (EBG)

 

L’EBG a proposé à Gilles Babinet, Président du Conseil National du Numérique, de présider le comité éditorial qui a pour mission de préparer les thèmes auxquels seront confrontés les candidats.

Au programme :

  • Compétitivité numérique
  • Financement des infrastructures
  • Net Neutralité
  • Financement de la création
  • Fiscalité des entreprises digitales
  • Open Data & e-administration
  • Commerce électronique
  • Démocratie et Internet
  • Protection de l’enfance
  • Cybercriminalité
  • Le Comité Editorial :

    EBG (initiateur du projet) :

    – Stéphane Richard, Président élu

    – Didier Quillot, Président sortant

    – Philippe Rodriguez, VP en charge de Relations avec les Pouvoirs Publics

    Organismes représentatifs de l’Economie Numérique :

    – Conseil National du Numérique (CNN) – Gilles Babinet, Président

    – Fédération de la Vente à Distance (Fevad) – François Momboisse, Président

    – Internet Society (ISOC) – Gérard Dantec, Président du chapitre français

    – Syntec Numérique – Guy Mamou Mani, Président

    – Terrafemina – Véronique Morali, Présidente de Fimalac

    – La filière STIC – Jean Mounet, Président du Groupe de travail Observatoire

    Twitter et Facebook Relais Officiel

    Cet évènement profitera de la complicité de Twitter et de Facebook, nous mettons en place un dispositif dédié aux grands événements politique

     

    Partenaires Médias

    Je m’appelle Joël Censier

    Vous avez peut-être reçu ces mails et cette vidéo…

    Le coup de l’institut de la justice et son pacte 2012  fonctionne parce qu’ils parlent simplement d’un problème complexe. Il atteindront la semaine prochaine le million de signature ce qui est pas mal, pour se légitimer par l’action des citoyens.

    Mais un clic veut il vraiment dire que l’on donne son support à cette association? Il faut y réfléchir et devenir notre porte parole. 

    Leur méthode est fortement  décriée et démontée avec précision par le blogeur Eolas  dont le talent n’a pas fini de me bluffer même si je ne suis pas d’accord sur tout.  Il faut aussi noter la vivacité de la conversation qu’il génère : tout de même 720 commentaires et discussion à son billet.  

    Bref, s’il s’agit d’une manipulation par un parti il s’agit d’une démarche populiste peut-être récupérée par le FN qui seront les seuls à signer à la fin.

    image

     

    Maitre EOLAS démonte une grande parti du texte  je ne cite que quelques extraits qui permettent de réfléchir et de se faire une idée :

    Commençons par une analyse du propos de Joël Censier, avant de terminer par une analyse de la démarche de l’IPJ, dont je rappelle qu’il n’est ni un Institut, ni pour la Justice, mais une simple association de 1901 essayant de promouvoir des thèses ultra-répressives sous un vernis pseudo-scientifique, qui revendique sur son site “400 000 sympathisants” mais non adhérents, c’est à dire des gens dont l’implication a été un clic sur internet mais dont aucun n’a souhaité verser la moindre cotisation. Les candidats sollicités feraient bien de s’en souvenir.

    “Je m’appelle Joël Censier, j’ai 52 ans et trente ans de police derrière moi. En vous envoyant cette vidéo, j’ai conscience de commettre un acte grave. Mais c’est une question de conscience”

    Notez la dramatisation : le policier de trente ans commet un acte grave : il s’exprime. Car quelle que soit la critique qu’appellent ses propos, ils sont dans la limite de la liberté d’expression et sont parfaitement légaux. Son auteur ne s’expose à aucune sanction, aucune poursuite, rien. Mais sa “conscience” le pousse à “commettre un acte grave”. Un peu de dramatisation ne fait pas de mal.

    …/…

    Joël Censier semble s’être persuadé que tous ceux présents sur le pont sont responsables de la mort de son fils. Je comprends que son chagrin ne le pousse pas à faire dans le détail. Nous n’avons pas cette excuse pour ignorer la vérité.

    “Peu de temps après, sur les trois, ils en ont relâché deux, sans raison.”

    Ah, que j’aimerais que la Justice libérât mes clients sans raison. Mais elle en demande, la bougresse.

    Si, bien sûr, il y a une raison. Il suffit de lire la presse pour la connaître. Les éléments impliquant les personnes concernées sont devenus sujets à caution, excusez du peu. Le respect de la présomption d’innocence peut déranger le père d’une victime, je le comprends. Mais le chagrin n’interdit pas l’honnêteté intellectuelle. Il n’y a nul dysfonctionnement dans ces remises en liberté. D’autant que la suite donnera raison à la chambre de l’instruction : ces deux personnes ont été mises hors de cause dans le meurtre et les violences non mortelles. L’erreur de Joël Censier est pardonnable, il n’y a pas à l’IPj de juriste compétent pour lui expliquer cela.

    Lorsqu’on n’y est pas personnellement confronté, on pense souvent que la Justice fait bien son travail. On n’ose pas demander qu’elle soit plus rigoureuse envers les délinquants et les criminels, de peur d’être accusé de manquer d’humanité. Mais je peux vous dire, après trente ans d’expérience dans la Police, que vous n’avez pas à craindre cela. Il est rarissime qu’un vrai délinquant soit traité trop sévèrement en France. La plupart des délinquants bénéficient même d’une impunité à peine croyable.

    Argument d’autorité. “J’ai trente ans d’expérience dans la police, je dis donc la vérité. Le fait que je sois partie prenante à une procédure qui me touche personnellement n’a naturellement en RIEN affecté mon jugement. Cela me dispense donc d’étayer mes affirmations par des faits, qui on l’a déjà vu ont un fort parti pris contre moi.”

    “On entend souvent parler de “violation des Droits de l’homme” dans nos prisons. Mais savez- vous pourquoi 225 détenus, dans une prison de Lyon, viennent de lancer une pétition pour dénoncer « des conditions de détention inacceptables » ? Ces conditions « inacceptables » c’est qu’il leur est interdit d’utiliser… la Playstation 3 dans leur cellule !!”

    A votre avis, est-ce à cause de l’interdiction d’utiliser une Playstation 3 en cellule que 6 détenus se sont suicidés dans cette prison entre janvier et septembre de cette année ?Voici le texte de la pétition. Les détenus réclament en effet (entre autres : le racket du cantinage, qui est un véritable scandale, l’absence d’activité sportive, illégale, le défaut d’écoute des prisonnier, qui a conduit à des suicides, tout ça sont des détails) de pouvoir utiliser des consoles de jeux vidéos dans leur cellule. De 9 m², surpeuplée, où ils passent 23h/24 chaque jour. Mais ces consoles ne sont pas offertes par l’administration pénitentiaires, pas plus que les télévisions dans les cellules : elles sont louées au prix fort, comme dans les hôpitaux, d’ailleurs. Je ne doute pas que certains citoyens modèles estimeront que ne pas périr d’ennui et sombrer en dépression est faire un traitement trop doux à des prisonniers. Le sadisme des honnêtes gens m’a toujours effaré.

    …/…

    “Il a cité le cas d’un homme qui venait d’être arrêté pour la 97eme fois. Peut-on imaginer pire mépris pour les victimes ?”

    Arrêté 97 fois ne veut pas dire condamné 97 fois (ce qui est impossible sauf à vivre plus d’un siècle et commencer jeune). Donc ne veut pas dire coupable 97 fois, et encore moins 97 victimes. Je ne sais rien de ce cas, cité effectivement par le préfet de police qui en bon préfet aime plus les chiffres que les faits. Ainsi, ce même préfet de police n’hésite pas à affirmer que le taux d’élucidation baisse depuis que les avocats assistent les gardé à vue. Avant de dire que grâce à son action volontariste, le taux d’élucidation est en hausse. Comme disait Sir Winston Churchill : je ne fais jamais confiance à des chiffres que je n’ai pas falsifié moi-même.

    Le G1000 le sommet citoyen, les belges montrent l’exemple

     

    Sortir de l’impasse. C’est l’ambition des organisateurs du G1000. Dans une démocratie digne de ce nom, rappellent-ils, le citoyen détient deux droits : déléguer (et donc voter), mais aussi proposer. « Aujourd’hui, en tant que citoyens, on se sent traité comme du bétail électoral, rien d’autre. Le principe de base du G1000, c’est tout simplement que les gens ont aussi quelque chose à dire entre deux élections. »
    Un appel aux idées lancé au mois de juin via Internet a permis de recueillir plus de 5 000 contributions. Dans tous les domaines. Les thèmes les plus souvent abordés ont été regroupés en 25 questions : la politique d’immigration doit-elle être redéfinie ? Comment un petit pays peut-il lutter contre le réchauffement climatique ? A quelles normes éthiques les élus doivent-ils satisfaire ? Comment redistribuer équitablement la prospérité dans la société ?, etc. Tous les Belges qui le désiraient ont ensuite pu voter, sur g1000.org, pour les questions qui leur apparaissaient les plus pertinentes. Les trois questions ainsi plébiscitées seront débattues lors du sommet du 11 novembre.
    Particularité : les 1 000 participants ont été recrutés de façon aléatoire, sur la base des annuaires téléphoniques, et en respectant des critères d’âge, de genre et d’origine géographique. Le vendredi fatidique, ils seront regroupés par tables de dix : 60 tables unilingues (en français, néerlandais ou allemand) et 40 tables bilingues. A l’issue de la journée, un rapport provisoire sera remis à un groupe plus restreint, le G32, point de départ d’une nouvelle phase. Les membres du G32 se réuniront durant plusieurs week-ends, pour échanger leurs opinions, étudier les dossiers, consulter des experts. En bout de course, ils devraient formuler, au mois d’avril, plusieurs propositions concrètes et novatrices. Avec le secret espoir que celles-ci seront ensuite « récupérées » par le monde politique. © LEVIF.BE

    image

    C’est quoi le G1000 en Belgique?  Le G1000 est un sommet citoyen, une nouvelle forme de participation démocratique. Il s’agit d’une délibération de grande envergure, en toute franchise, entre des citoyens libres et sur un sujet d’importance.

    Non, c’est une initiative purement citoyenne. Les organisateurs sont des volontaires. Ils n’ont aucun intérêt matériel dans l’organisation.

    Voilà comment ça marche : dans un grand espace ouvert, les participants prendront place à des tables de dix personnes, animée chacune par un facilitateur et éventuellement par un interprète. Sur la tribune centrale, les sujets sont annoncés et commentés, sur quoi les tablées passent à la délibération. Le facilitateur fait en sorte que chacun ait droit à la parole. Il ou elle rassemble les suggestions de la tablée dans un document qui va au bureau central. À ce bureau central siègent des experts équipés d’ordinateurs, pour réunir ces suggestions, les traiter et en formuler des propositions concrètes. Ces propositions sont alors projetées sur un grand écran. Tous les participants peuvent dès lors indiquer lesquelles de ces propositions leur paraissent les plus importantes. À la fin de la journée, on aura une bonne vue d’ensemble de ce qui anime réellement les participants et de la nature des priorités qui leur sont communes.

    Facebook plus rentable en valeur absolue que Amazon cette année

    Facebook Will Probably Be More Profitable Than Amazon This Year

    In the first six months of 2011 Facebook had $1.6 billion in revenue and about $800 million in operating income, says a source I trust a lot. That revenue number has been reported before. And the 50% profit margin is in line with last year’s $2 billion in revenue and $1 billion in operating income.

    With Facebook growing revenue and profit by more than 50% every six months, it won’t be surprising if they hit something close to $2 billion in operating income for the year.

    To put that in perspective, realize this – Facebook will likely be more profitable than Amazon this year. On a quarterly basis they’re already there. Amazon had $191 million operating income in Q2 and $322 million in Q1 (financials here). That’s $513 million v. Facebook’s $800 million for the first half of the year.

    via uncrunched.com

    Voilà qui donne à réfléchir.
    On peut appeler ça une planche à billet. Alors que Amazon va vers ces 30 milliards d'euros de CA, on voit bien la puissance d'une marque et d'une "plateforme" qui entraine avec elle l'adhésion de tout un ecosysteme de partenaires. C'est aussi ça la valeur de Facebook. Je comprends toujours pas comment Microsoft a pu louper cette opportunité. Bon ils sont actionnaires, ce qui n'est pas donné à tout le monde.

    Plan France 2020 : réunion de travail au ministère de l’industrie

     

    Franck Supplisson Directeur du cabinet d’Eric Besson, dirigeait hier une réunion de préparation du plan France 2020, visant à maintenir notre compétitivité dans le domaine du Numérique en France.

    Une quarantaine d’organisations professionnelles planchaient autour du cabinet Besson pour ce sujet  qui fera partie du plan qui sera annoncé par Eric Besson aux assises du numérique.

    A priori, le premier ministre pourrait être de la partie pour lancer en grandes pompes ce nouveau plan alors que l’ancien ( plan numérique france 2012 )  est encore pas tout à fait fini, même si on peu constater de grandes avancées.

     

    Les partis politiques planchent sur leurs campagnes digitales

    A l’hôtel Napoléon, les partis présentent leurs innovations concernant leurs campagnes digitales.
    C’est l’EELV qui ouvre le bal avec Fred Neau le jeune patron du digital du parti écologique. Il nous parle de son groupe de militants les “ecologeeks” qui l’aident tous les jours (250).
    Suivent Manuel Diaz de emakina pour l’UMP et  Mathieu Lamarre du Modem.

    Benoît Thieulin fait également une belle présentation sur les enjeux du net pour les politiques en campagne, avec quelques références à un sujet qu’il maitrise bien et qu’il a bien étudié.

    WP_001296

     

    L’innovation au Napoléon a proposé les nouveautés numériques de la « mère des élections » qu’est la présidentielle, alors que la campagne pour les votes des 22 avril et 6 mai 2012 occupe déjà tous les esprits.

    Internet est devenu un des terrains de la campagne lors de l’élection présidentielle de 2007. Mais 2012 en diffèrera fortement à plusieurs égards : 

  • d’abord bien sûr parce que le nombre d’internautes a continué à s’accroître en France comme ailleurs, augmentant de près d’un tiers pendant ce mandat présidentiel: selon Médiamétrie, nous sommes passés de 30,3 millions d’internautes en mai 2007 à 39,5 millions en juillet 2011
  • parce que les modes d’accès à Internet se diversifient, les connexions nomades se généralisant, en particulier avec l’explosion des smartphones,
  • mais aussi, et surtout, parce que les réseaux sociaux sont sans commune mesure avec ce qu’ils étaient il y a cinq ans.
  • Pas de Twitter en 2007, contre 2,5 millions de comptes environ maintenant. Et un Facebook passé de débutant à énorme, de moins de 400.000 inscrits français en 2007, à une vingtaine de millions aujourd’hui.

     

    Les Intervenants :

    Benoît Thieulin (@thieulin) directeur de l’agence Internet la Netscouade, responsable de la campagne Internet de Ségolène Royal en 2007, membre de la mission d’études des innovations de la campagne américaine organisée par la Fondation Terranova.

    Matthieu Lamarre (@mr_matth) responsable web et social media de @Bayrou & @MoDem, maire-adjoint Jeunesse & Vie étudiante à Bures-sur-Yvette, ex journaliste @letudiant@lemondefr.

    Fred Neau (@un_ecologeek) responsable web d’Europe Ecologie Les Verts et co-animateur de la campagne web d’Eva Joly.

    Manuel Diaz (@manueldiaz) président-fondateur d’Emakina.fr, agence chargée de la stratégie digitale de l’UMP. 

    Nicolas Goin (@nicolasgoin) consultant directeur LECKO (ex USEO), Consultant en communication 360°, expert en stratégie on-line.