Archives du mot-clé start-up

Employés recherchés (de préférence robots)

L’intelligence artificielle et la robotique détruiront-elles de l’emploi?

L’intelligence artificielle va permettre de rayer de la carte a peu près la moitié des jobs de la planète. Un peu comme la voiture a rayé de la carte le travail des chevaux.  La population des chevaux a eu son pic en 1950 depuis elle décroit. Les technologies n’ont pas créés de meilleurs jobs pour les chevaux.  Pourtant c’est ce que l’on croit pour les humains, que la technologie qui supprimera massivement le travail dans des proportions inégalées créera de meilleurs jobs…  Bizarrement ce qui est faux pour les chevaux et vrais pour les hommes.

Quelques idées et arguments pour aller plus loin.

Je retrace rapidement la conclusion que l’on trouve dans cette vidéo.

Il est facile d’être cynique en rappelant les innombrables et stupides prédictions de futurs qui ne se sont jamais réalisées. C’est pourquoi il est important d’insister encore : rien de tout cela n’est de la science fiction. L’intelligence artificielle et ses robots sont ici, maintenant. Il y a un nombre terrifiant d’automatisations fonctionnelles, dans les laboratoires comme dans les entrepôts qui prouvent la viabilité des concepts.

Nous avons déjà traversé des révolutions économiques, mais la révolution des robots est différente.
Les chevaux qui furent remplacés par les voitures et les camions ne sont pas au chômage aujourd’hui parce que l’espèce est devenue paresseuse! ils ne peuvent plus être « employés ». Il y a peu de travaux qu’un cheval puisse effectuer, qui lui permette de gagner son fourrage et son hébergement. Et beaucoup d’humains brillants, parfaitement capables de travailler se trouveront être les nouveaux chevaux : Inemployable. sans en être responsables.
Je vous invite à jeter un coup d’oeil à Quill qui génère des rapports en lisant des données, ou encore à Baxter dont j’ai déjà parlé ici, parce qu’il a la capacité d’apprendre sans être programmé (il apprend en regardant Youtube).
Si vous pensez encore que de nouveaux emplois nous sauveront, voici un dernier point à considérer. Le recensement fait en 1776 aux Etats-Unis n’identifiait que des dizaines de types d’emplois. Maintenant, il y a des centaines de types d’emplois, mais les nouveaux de représentent pas une part significative de la force de travail.
Voici la liste des emplois, triés par le nombre de gens qui les exécutent.
On peut facilement dire que 3,6 millions de jobs sont probablement en difficulté dès que l’on sait faire bouger une voiture, un camion, d’un point A à u point B sans un humain…
Capture d’écran 2015-03-22 à 22.23.20C’est une liste qui fait réfléchir, avec l’industrie du transport à son sommet. En descendant la liste, tous ces emplois existaient
en différentes formes il y a un siècle, et tous sont en cours d’automatisation. C’est seulement à partir du numéro 33 (programmeur) que la liste montre quelque chose de nouveau.
Ne pensez même pas qu’il faudra que tous les serveurs et les employés de bureau perdent leur travail pour que les choses deviennent problématiques.
Le taux de chômage durant la Grande Dépression était de 25%.
Cette liste des 33 premiers représente plus de 45% des travailleurs.
Les automatisations, l’intelligence artificielle et les robots fonctionnent déjà à petite échelle pour les remplacer.
C’est un énorme enjeu pour demain.

Leica nous offre 100 ans de Photographie

Troublantes ces photos reconstituées en vidéo, un voyage dans un siècle de photographie, transposées sur une vidéo.

Un voyage par photographie dans l’histoire du monde, ses bonheurs, ses malheurs, sa grandeur et son quotidien.

Leica fête ses cent ans et a pour l’occasion réalisé une vidéo aussi belle qu’instructive : l’histoire de la photographie y est transposée en vidéo.

« Mort d’un milicien » de Robert Capa, « Migrant Mother » de Dorothea Lange, « John Lennon and Yoko Ono » d’Annie Leibovitz, « Tank Man » de Jeff Widener, « Identical Twins » de Diane Arbus, « Raising The Flag On Iwo Jima » de Joe Rosenthal, « Le Baiser de l’Hôtel de Ville » de Robert Doisneau, « La Fille à la fleur » de Marc Riboud ou le « Burning Monk » de Malcolm Browne… Autant de photographies cultes, aussi fortes que célèbres, émouvantes, politiques, journalistiques ou sensibles, un siècle d’histoire de l’art et de l’information — la photographie pouvant se placer, comme aucune autre discipline, pile entre les deux. Pour fêter ses cent ans, la marque Leica reprend toutes ces œuvres en les animant et les replaçant dans une belle vidéo.

Les clichés prennent vie, et la voix off raconte l’histoire de la photo : non, Leica n’a pas inventé la photographie et celles citées n’ont pas toutes été prises avec leurs appareils, mais la marque se targue de l’avoir fait sortir des laboratoires en la rendant accessible et transportable (le Kodak Brownie était là un peu avant, mais ne chipotons pas). Sans ça, pas de photojournalisme ou de courant réaliste, pas de Walker Evans, de Diane Arbus, de Robert Capa et par extension pas de photographie dite ‘moderne’ et expérimentale à la Man Ray, et pas de Pierre et Gilles aujourd’hui. Rien quoi. Donc merci !

via Pour ses 100 ans, Leica transforme en vidéo des photos cultes – Green Room Session.